Situation en Ukraine : entretien pour Voix de la Russie

« Se tourner vers l’UE aujourd’hui, cela revient pour l’Ukraine à se tourner vers l’URSS en 1991 ! » dixit Aymeric Chauprade

Entretien accordé à Voix de la Russie, publié le 6 décembre 2013

VDLR. Aymeric Chauprade, que pensez-vous du choix ukrainien tel qu’il s’impose ? L’Europe n’a-t-elle pas réussi à ravir l’Ukraine à la Russie ?

Aymeric Chauprade. Comme d’habitude, dans les questions de la géopolitique il faut prendre un peu de hauteur et regarder le temps long de l’histoire. Là il n’y a pas besoin d’aller très loin en arrière. Il faut revenir à ce que l’on a appelé la révolution « colorée » en Ukraine, en 2004, pour comprendre ce qui se passe aujourd’hui. Il s’agit, en fait, d’une nouvelle tentative de la part des Américains de détacher l’Ukraine en utilisant l’UE, de la Russie pour introduire une coupure entre l’Ukraine et la Russie. Si on se souvient en 2004 au moment de la succession de Léonid Koutchma, ce Président avait signé en 2003 un accord qui visait à créer, après les élections présidentielles de 2004, un espace économique unique entre la Russie, l’Ukraine, la Biélorussie et le Kazakhstan. C’était la même idée que les Russes souhaitent faire, c’est-à-dire l’Union douanière avec leurs partenaires historiques : l’Ukraine est quand même le berceau historique de la Russie. A ce moment-là les Américains avaient créé par toutes sortes d’officiers et d’agences dont Freedom House et tous les officiers financés par USA dont George Sorros, le chaos dans les rangs d’une partie de la population contre le pouvoir pour essayer d’otaniser l’Ukraine. Et aujourd’hui c’est en fait le même épisode qui se rejoue.

C’est-à-dire que l’on a eu au pouvoir Victor Ianoukovitch qui a établi une politique équilibrée et proche de la Russie, conformément à l’histoire mais aussi des liens économiques importants, car les 60% du commerce ukrainien la lient à la Russie. Deux tiers d’ailleurs du PIB ukrainien sont plutôt à l’Est. La politique de Ianoukovitch cherchait à ménager plus d’espace indépendant à l’Ukraine dans sa politique par rapport à la Russie. Cet ensemble fut poussé par des pays pro-américains au sein de l’UE et par les Etats-Unis eux-mêmes pour faire basculer complètement l’Ukraine du côté Ouest. Ianoukovicth ne l’a pas fait. Parce que s’il l’avait fait, ce serait une véritable catastrophe à la fois économique et géopolitique pour l’Ukraine.

VDLR. La France s’est beaucoup préoccupé du juste équilibre européen et ce à partir de l’époque de Louis XIV. Mais ce qui pourrait mettre la puce à l’oreille des Européens c’est l’aspiration des Ukrainiens de pratiquer une ruée vers l’Ouest pour frapper à la porte des travailleurs ouest-européens sans parler des slogans pro-européens : « D’ici peu, un appartement pour chacun ! »

Aymeric Chauprade. Concrètement en se détournant de la Russie l’Ukraine perdrait jusqu’à 30% de son volume à l’exportation. C’est catastrophique et cela fonctionne puisque c’est la réalité économique aujourd’hui pour finalement un mirage européen parce que l’Europe est déjà dans la situation que l’on connaît. Je ne pense pas que cela soit une bonne idée pour l’UE d’absorber un marché de 45 Millions d’habitants dont effectivement un certain nombre rêve de pouvoir aller à l’Ouest pour trouver du travail. Je vais être un peu provocateur, mais se tourner vers l’UE aujourd’hui, cela revient pour l’Ukraine à se tourner vers l’URSS en 1991. A mon avis, on est dans un système aujourd’hui qui est sur sa fin. On peut sans doute en tirer rapidement un certain nombre de conclusions et qui ne peut se permettre d’absorber l’Ukraine ! En revanche, l’Ukraine est concrètement liée à 60% par ses rapports énergétiques à la Russie ou transitent par le territoire de l’Ukraine. Il y a des réalités énergétiques, économiques qui sont aujourd’hui importantes et de ce point de vue le jeu des États-Unis et de l’UE est, à mon avis, complètement fou à la fois pour l’UE et pour l’Ukraine aussi parce qu’il est complètement détaché de la réalité et du bon sens ! »

2 réflexions au sujet de « Situation en Ukraine : entretien pour Voix de la Russie »

  1. Je ne suis pas certain que comme c’est écrit plus haut, les arguments établis soient fiables. Il ne me semble pas qu’une grande partie des Ukrainiens aient envie de migrer à l’ouest pour trouver un emploi, c’est une tarte à la crème européenne que de se figurer que tout homme de l’Europe de l’Est ne rêve que de France d’Allemagne ou d’Angleterre. Ensuite l’Ukraine est sans doute le berceau de la Russie mais l’URSS a fait des dégats spirituels dans ce pays, à commencer par la soit disant dékoulakisation de 1932.33 (6 millions de morts assez méconnus chez nous) et l’exemple de l’ex-yougoslavie montre qu’on peut avoir des racines en dehors de son territoire (la Serbie se dit originaire du Kosovo). Enfin, la Russie utilise l’Ukraine comme un vassal et sur le plan économique et financier, comme un état dépendant (le prix du gaz par exemple est fixé de manière aléatoire en fonction des périodes et selon la pression politique qu’il faut y imposer). Donc non, rien ne justifie vraiment que l’Ukraine continue à être un faire valoir poutinien.

  2. J’ai lu avec intérêt les articles du blog mais …. On a un peu la sensation que les Etats-Unis serait une sorte de nation qui trouble le bon fonctionnement du monde quand les Russes seraient en quelque sorte les bons élèves…

    Je ne connais pas ou presque pas le Russie. Je n’ai rien contre cette nation mais il me semble qu’en dehors de l’énergie leur participation au reste du monde est très peu visible. Prenons l’exemple de la technologie en général … Où est la Russie ?

    L’Ukraine comme un peu la Bulgarie sont tout de même des sociétés violentes où les populations sont extrêmement divisées !!!

    On peut en arriver aux mains dans leurs parlements et leurs églises aux intérêts antagonistes sont loin de calmer le jeux …

    Le problème de l’Ukraine ne serait il pas plus qu’autant qu’inféodée à la Russie ils soient juste incapables de former un peuple ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *